Ils parlent de nous…

 

Publié le 7 novembre 2017 dans La Dépêche :

 

 

Publié le 12 octobre 2017 dans Le Villefranchois :

 

Publié le 3 octobre 2017 sur La Dépêche :

URQR : «Que chacun puisse être acteur de son territoire»

l’URQR a présenté son nouveau projet associatif./ Photo DDM

L’Université rurale Quercy-Rouergue a présenté son projet de formation. Il s’articule autour de trois outils : le PVA , le DELTA et la formation tout au long de sa vie.

Voilà plus d’un an que Bernard Imbert, président ; Roland Leygues, vice-président ; Armel Razous, secrétaire ; Christian Migliaccio, trésorier ; Michel Calvet, responsable formation ; les vingt bénévoles et les cinq salariés de l’Université rurale Quercy-Rouergue travaillent au renouvellement, comme tous les trois 3 ans, du projet associatif. Ils ont présenté, jeudi, au siège de l’association, à Interactis, les grands axes de ce nouveau projet : « Permettre à chacun d’être acteur de sa vie et de son territoire ».

Ce projet repose sur les principes de la formation tout au long de la vie et le développement d’une citoyenneté active. L’URQR a la volonté d’animer et d’accompagner les territoires par la mobilisation citoyenne, la concertation et la réflexion collective par des méthodes de participation innovantes, et ce sur ses terres d’action : Aveyron et Lot. Bénévoles et salariés de l’URQR veulent « développer l’esprit critique et stimuler la curiosité en proposant des clés de lecture de notre environnement ; que chacun comprenne mieux son cadre de vie, identifier les enjeux à venir et s’engager en pleine conscience ». Créée en 1991, l’URQR propose, pour parvenir à ses fins, trois outils.

– Le PAVA, point d’appui à la vie associative, avec deux moyens : le DLA, dispositif local d’accompagnement destiné aux associations loi 1901 employeuses, et le CRIB, centre de ressource et d’information des bénévoles destiné aux bénévoles associatifs et ceux voulant créer une association ;

– Le DELTA (dynamiser et encourager les territoires par l’accompagnement) est à destination des élus, agents de collectivités territoriales et responsables d’organismes publics et privés. DELTA accompagne de la conception à l’évaluation de projets ;

– La formation au cours de la vie de chacun n’est pas oubliée. Outre la formation au DAEU (diplôme d’accès aux études universitaires), équivalent du bac et au diplôme d’État de capacité en droit, l’URQR conçoit des formations pour le compte d’organismes publics ou privés.

Pour obtenir des renseignements complémentaires : URQR, bâtiment Interactis, chemin de Treize-Pierres, 12200 Villefranche-de-Rouergue, tél. 05 65 81 26 64 ; coordination@urqr.org ou sur leur site internet

 

Publié le 7 juillet 2017 sur La Dépêche :

Un diplôme pour remplacer le bac

Les lauréates bien encadrées par bénévoles et salariées de l'URQR./Photo DDM

Le bachotage n’est pas réservé aux moins de vingt ans. Marion, Sandrine et Adama en savent quelque chose, qui viennent de décrocher le précieux sésame ! Cynthia l’a manqué de peu mais reste confiante : elle ne repassera que l’espagnol en 2018. Quant à Jessica, qui a accouché le jour de l’examen, elle bénéficiera de la session de septembre pour obtenir son diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU).

Pour toute l’équipe de l’Université rurale Quercy-Rouergue (URQR), l’heure est à la liesse car les 432 heures passées à soutenir les futurs impétrants n’ont pas été vaines, loin de là : «Vous pointez individuellement nos difficultés en ajoutant ici et là des exercices et ça nous booste !», s’émerveille Sandrine qui va enfin pouvoir accéder au BTS d’assistante de gestion. À son tour, elle se fait fort de dynamiser les futurs stagiaires en cas de burn-out et a déjà donné le programme à un candidat rencontré sur Facebook.

À l’Université rurale, chaque année, les bénévoles sont sur le pied de guerre dès le mois d’octobre pour soutenir les candidats en français, maths, anglais, espagnol, économie, histoire-géo et droit. «Un sacré avantage, par rapport à ceux qui le préparent seuls», constate le responsable pédagogique de l’université Jean-Jaurès.

 

 

 

Publié le jeudi 8 décembre sur La Dépêche : 

(cliquer ici pour voir l’article sur le site de La Dépêche)

 

L’URQR confortée dans son travail d’accompagnement social

Bernard Imbert, président de l'URQR, Anne Falgueyrettes, coordinatrice, Sara Fougeres, chargée de mission DLA 46 et Claire David, chargée de mission DLA 12 (de droite à gauche)./Photo DDM
Bernard Imbert, président de l’URQR, Anne Falgueyrettes, coordinatrice, Sara Fougeres, chargée de mission DLA 46 et Claire David, chargée de mission DLA 12 (de droite à gauche)./Photo DDM

L’association d’éducation populaire villefranchoise a été renouvelée dans son activité de mise en œuvre du DLA. Ce dispositif s’adresse aux structures d’utilité sociale employeuses.

Association d’éducation populaire, l’URQR (Université Rurale Quercy Rouergue) s’inscrit dans un rôle fort d’appui à la vie associative du territoire sur lequel elle intervient (Aveyron et Lot). Labellisée centre de ressources et d’informations des bénévoles, elle intervient sur les deux départements, en accompagnement des associations et des structures d’utilité sociale porteuses d’emploi, à travers le D-LA (Dispositif Local Accompagnement), qu’elle porte depuis 2 005 en Aveyron et 2 009 dans le Lot.

Bonne nouvelle pour l’URQR en ce mois de décembre : Elle vient d’être renouvelée dans son action, pour les trois prochaines années (période 2 017-2 019) par la DIRECCTE (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi), le FSE (Fonds social européen) et la Caisse des Dépôts et Consignations, qui financent le dispositif. Tout ce qu’il y a de plus officiel donc.

«Tous les trois ans, il est lancé un appel à projets. Nous avons candidaté et nous avons été à nouveau retenus» se réjouissent le président de l’URQR, Bernard Imbert, et sa coordinatrice, Anne Falgueyrettes. Il n’existe qu’une seule structure porteuse par département.

Le DLA s’adresse, gratuitement, aux structures employeuses qui développent des activités et services d’utilité sociale. Cela peut être des associations, type loi 1 901, des structures d’insertion par l’activité économique, des coopératives d’utilité sociale et, nouveauté, des Entreprises solidaires d’utilité sociale, créées par une loi du 31 juillet 2 014. «Nous pouvons intervenir pour la consolidation de leurs activités et la pérennisation de leurs emplois» explique Anne Falgueyrettes.

Le dispositif est mis en œuvre par deux nouvelles chargées de mission, Claire David pour l’Aveyron, et Sara Fougeres, qui avec Anne Falgueyrettes, et Bruno Bouissou, chargé de la comptabilité et de la gestion de l’association, forment l’équipe des salariés de l’URQR.