Ils parlent de nous…

Publié le jeudi 8 décembre sur La Dépêche : 

(cliquer ici pour voir l’article sur le site de La Dépêche)

 

L’URQR confortée dans son travail d’accompagnement social

Bernard Imbert, président de l'URQR, Anne Falgueyrettes, coordinatrice, Sara Fougeres, chargée de mission DLA 46 et Claire David, chargée de mission DLA 12 (de droite à gauche)./Photo DDM
Bernard Imbert, président de l’URQR, Anne Falgueyrettes, coordinatrice, Sara Fougeres, chargée de mission DLA 46 et Claire David, chargée de mission DLA 12 (de droite à gauche)./Photo DDM

L’association d’éducation populaire villefranchoise a été renouvelée dans son activité de mise en œuvre du DLA. Ce dispositif s’adresse aux structures d’utilité sociale employeuses.

Association d’éducation populaire, l’URQR (Université Rurale Quercy Rouergue) s’inscrit dans un rôle fort d’appui à la vie associative du territoire sur lequel elle intervient (Aveyron et Lot). Labellisée centre de ressources et d’informations des bénévoles, elle intervient sur les deux départements, en accompagnement des associations et des structures d’utilité sociale porteuses d’emploi, à travers le D-LA (Dispositif Local Accompagnement), qu’elle porte depuis 2 005 en Aveyron et 2 009 dans le Lot.

Bonne nouvelle pour l’URQR en ce mois de décembre : Elle vient d’être renouvelée dans son action, pour les trois prochaines années (période 2 017-2 019) par la DIRECCTE (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi), le FSE (Fonds social européen) et la Caisse des Dépôts et Consignations, qui financent le dispositif. Tout ce qu’il y a de plus officiel donc.

«Tous les trois ans, il est lancé un appel à projets. Nous avons candidaté et nous avons été à nouveau retenus» se réjouissent le président de l’URQR, Bernard Imbert, et sa coordinatrice, Anne Falgueyrettes. Il n’existe qu’une seule structure porteuse par département.

Le DLA s’adresse, gratuitement, aux structures employeuses qui développent des activités et services d’utilité sociale. Cela peut être des associations, type loi 1 901, des structures d’insertion par l’activité économique, des coopératives d’utilité sociale et, nouveauté, des Entreprises solidaires d’utilité sociale, créées par une loi du 31 juillet 2 014. «Nous pouvons intervenir pour la consolidation de leurs activités et la pérennisation de leurs emplois» explique Anne Falgueyrettes.

Le dispositif est mis en œuvre par deux nouvelles chargées de mission, Claire David pour l’Aveyron, et Sara Fougeres, qui avec Anne Falgueyrettes, et Bruno Bouissou, chargé de la comptabilité et de la gestion de l’association, forment l’équipe des salariés de l’URQR.